La musique traditionnelle des 3 régions du Vietnam

La musique vietnamienne est d’une extrême diversité, grâce à la richesse de la coexistence des cultures et aussi à son contact avec l’extérieur. Les mélodies et chants ou les instruments musicaux sont l’un des reflets les plus vivant des identités culturelles régionales très diverses. À côté de sa musique contemporaine qui s’enrichit sans cesse, le pays dispose des deux patrimoines musicaux très riches à savoir la musique traditionnelle et la musique folklorique. L’Unesco a par ailleurs inscrit de nombreux genres et formes musicaux traditionnels et folkloriques vietnamiens aux patrimoines culturels mondiaux.

Par contre, comme beaucoup d’autres musiques traditionnelles dans le monde, celle du Vietnam est moins connue et intéressée par le public, surtout les jeunes générations, que la musique moderne. Selon le musicien Mai Tuyết Hoa, afin que la musique traditionnelle retrouve le chemin du cœur des Vietnamiens, il faudrait qu’elle ait plus de place dans les médias.

Récemment, apparaissent plusieurs vidéos clip des acteurs occidentaux chanté les morceaux de musique traditionnelle Vietnam en exprimant leur passion pour cette musique étrangère. Ces derniers attirent beaucoup l’attention des Vietnamiens et deviennent des coups de cloche réveillant ceux qui ont oublié leur musique traditionnelle.

La musique traditionnelle dans le Nord Vietnam

Le Ca tru
 

Le ca tru connu aussi sous le nom « chant savant » ou « chant des courtisanes » est une forme de musique très séduisante du nord du Vietnam, qui exige des règles tr ès vigoureuses dans la formation de chanteuses, le choix de voix, les manières de jouer, les rapports entre les chanteuses, musiciens avec le public. Au centre d’une petite scène, une chanteuse entourée d’un public restreint, en frappant une planchette de bois avec une baguette accompagnée par un luth ou un tambour, chante des mélodies très jolies et séduisantes. Parfois, un membre du public est invité est invité à participer à la séance, créant une ambiance d’échanges très conviviale. Le ca tru est déjà reconnu par l’Unesco comme un patrimoine mondial.

La plupart des chanteurs du genre restent des jeunes femmes. Dans les années 1980, le genre a été revitalisé par le relâchement de la répression gouvernementale.

Le chèo

Le « chèo » (« chant comique ») est un théâtre populaire apparu au Xè siècle dans le delta du fleuve Rouge, au Nord du pays, il est considéré comme la plus ancienne forme d’opéra vietnamien existante. Le cheo se distingue tout de même du tuong sur plusieurs points :

  • Le chant du cheo est plus rapide, moins accentué et moins grave
  • Les personnages ne sont pas forcément rois et généraux
  • Les costumes sont plus réels; les décors simples.

Après la récolte, les agriculteurs organisent des festivals qui comprennent une série d’activités telles que des pièces de théâtre, des chants Cheo, etc. pour échanger des informations et établir de nouvelles relations. Depuis lors, de nombreux répertoires Cheo nationaux qui sont considérés comme des trésors de la scène traditionnelle sont créés, comme par exemple Truong Vien, Kim Nhan, Luu Binh - Duong Le et Quan Am Thi Kinh…

Comme beaucoup d’anciens arts de la scène, Cheo est un langage oral composé d’histoires composées par des auteurs-interprètes anonymes et «transmises» oralement à d’autres artistes. Dans cette performance d'art populaire, les histoires qui peuvent être des légendes, de la poésie, de l'histoire ou même de la vie quotidienne sont les plus importantes, «chaque fois qu'il y a des histoires, nous avons Cheo».

En outre, des scènes acrobatiques et de la magie sont introduites dans la pièce. Cheo raconte des histoires de chefs, de héros et de charmantes jeunes filles et propose un mélange éclectique de romance, de tragédie et de comédie. Ces histoires sont interprétées par des chansons folkloriques avec pantomime, musique instrumentale et danses, combinées à des sketches instructifs ou interprétatifs.

Le hát chầu văn
 

Le hát chầu vãn ou hát vãn ou chầu vãn est jouée pour invoquer les esprits durant les cérémonies médiumnique. Très rythmée, elle est chantée par l’un des musiciens qui l’accompagnent à la vièle à deux cordes dan nhi ou au luth à deux cordes dan nguyet. Cette musique est populaire à Hà Nam, Nam Dinh et quelques provinces dans le Nord du Vietnam.

Très rythmée, elle recherche la transe, et est chantée par l’un des musiciens qui l’accompagnent à la vièle dan nhi ou au luth dan nguyet. Avant 1986, le gouvernement vietnamien le réprimait ainsi que les autres formes d’expression religieuse. Depuis, le genre a été revitalisé par des musiciens comme Phạm Văn Tỵ.

 

Le hát tuồng

Également appelé Hát Bội dans le sud du Vietnam, Hát Tuồng (ou tout simplement Tuồng) est un théâtre national classique au art dramatique reflétant la culture unique et riche du pays. Cet art, qui figure parmi les plus anciens du pays, existe depuis la fin du XIIe siècle. On pense qu’il a été emprunté aux techniques de représentation de l’opéra chinois, amélioré, diversifié et développé sous une nouvelle forme reflétant les caractéristiques et la nature vietnamiennes. L'introduction de Tuồng au Vietnam provient de récits tirés de l'époque du conflit entre le Vietnam et les Mongols pendant la dynastie des Yuan, où un interprète d'opéra chinois connu était retenu captif par les Vietnamiens. compétences. On pensait que c’était la façon dont Tuồng avait fait ses débuts dans les cours royales du Vietnam, au sein de sa communauté d’élite, puis adaptée par des troupes itinérantes qui divertissaient les roturiers. Il n’a pas fallu longtemps pour que l’art devienne populaire dans le pays, largement apprécié de la population tout entière, des paysans aux redevances.

La musique traditionnelle au Centre du Vietnam

La musique vietnamienne du centre, le ca huê est une ancienne forme de musique de chambre aristocratique liée au divertissement au centre du pays. Le dan huê ou nhạc huế en est une musique datant du XVIIe siècle. Il est interprété par une chanteuse accompagnée d’un ensemble de trois ou cinq instruments à cordes (luths, cithare et vièles : Ngu Tuyêt : les cinq parfaits). La musique de Huê est née donc vers cette époque. La musique de divertissement, indépendamment de la musique de Huê, avait déjà existé avant cette époque. La musique de Huê est la synthèse des deux traditions chinoise et indienne d’une part et d’autre part la tradition autochtone de la région de Huê. Cette musique, aristocratique à l’origine, l’est restée jusqu’à la veille de la deuxième guerre mondiale. De nos jours, elle est enseignée dans les conservatoires et les écoles de musique.

La musique élégante (nhã nhạc)
 

Le nha nhac, littéralement « musique élégante », désigne les divers styles de musique et de danse exécutés à la cour royale vietnamienne du quinzième siècle à la première moitié du vingtième siècle. Il ouvrait et clôturait généralement les cérémonies qui marquaient les anniversaires, les fêtes religieuses, les couronnements, les funérailles et les réceptions officielles. De tous les genres musicaux qui ont vu le jour au Vietnam, seul le nha nhac peut se targuer d’avoir une dimension nationale et de forts liens avec les traditions d’autres pays d’Asie du Sud-Est.

Les représentations de nha nhac réunissaient autrefois de nombreux chanteurs, danseurs et musiciens vêtus de somptueux costumes. Les grands orchestres, où dominaient les tambours, comprenaient de nombreux autres types de percussions, ainsi que des instruments à vent et à cordes. Tous les exécutants devaient rester extrêmement concentrés afin de suivre scrupuleusement toutes les étapes du rite.

Le Hò Huế

Le hò Huế est un chant mélodieux, rythmique et typique de Huế. Il y a 3 catégories de Hò Huế:

  • Hò nghi lễ (pour les cérémonies) : celui-ci comprend 2 variances : đưa linh et chèo cạn.
  • Hò vui chơi (pour les loisirs) : qui comprend 5 variances hò ru em (berceuse), hò bài thai, hò bài chòi, hò bài tiệm và hò nàng vung.
  • Hò lao động (pour les travaux) : dont plusieurs variances, par exemple selon le métier : hò khau đai, hò khau sòng, hò kéo thác, hò đẩy noốc, hò mái nhì (ou mái đẩy), hò ô, hò lơ, (ce sont des chants d’accompagnement pour relever le cœur des travailleurs) , hò quết vôi (peinture à la base de la chaux),  hò gọi nghé (appel le buffon), hò giã gạo (ou hò khoan) , hò xay lúa, hò nện (ou hò hụi) les chants collectifs pendant la saison de décorticage du riz …

Le point fort de hò Huế est la subtilité de son langage. Les mots sont denses, les dialogues sont typiques de Huê. L’humour est 100% de la cité impériale. Ni vulgarité ni médiocrité. La composition suit les règles des poèmes de « thơ lục bát » (versification alterne entre les vers de 6 et de 8 pieds.)

Le ca Hue
 

Le ca huê est une ancienne forme de musique de chambre aristocratique liée au divertissement au centre du pays. Le dan huê ou nhạc huế en est la musique, datant du XVIIe siècle. Il est interprété par une chanteuse accompagnée d’un ensemble de trois ou cinq instruments à cordes (luths, cithare et vièles : Ngu Tuyêt : les cinq parfaits) jouant sur les modes de nord et de sud.

La musique traditionnelle dans le Sud Vietnam

Le Đờn ca tài tử
 

Le don ca tai tu ou nhạc tài tử est l’équivalent des précédents pour le sud du pays depuis le 19ème siècle. Elle se caractérise par le fait d’être improvisée et surtout très instrumentale, à l’aide d’instruments à corde et à percussion. Musique de divertissement destinée aux « amateurs », elle use des mêmes modes mais en y instillant des nuances de caractère sentimental, correspondantes à des états émotionnels. Principalement instrumentale et improvisée, elle se joue avec les cordes dàn tranh, ty ba, dan kim, dan tam, dan co et les percussions song lang.

Le cải lương
 

Comparé au tuồng et au chèo, le cải lương est un opéra rénové reste encore populaire. Il apparaît au XIIe siècle et traite de thèmes à la fois historiques et contemporains. Il a été adapté au début du XXe siècle, aux innovations modernes et à l’influence française, et peut par exemple inclure des guitares électriques. L’accompagnement est joué par un nhac tai tu notamment. C’est une forme complexe et partiellement improvisée de musique de chambre proche du dan tai tu, musique des « amateurs », du sud du pays.

 

Guide concernant

Joindre un conseiller
en France 
+33 (0) 6 09 10 63 94
au Vietnam
+84 3 77 08 18 88

Avis des clients


Far East Tour - Recommandée par Le Petit futé